Accéder au contenu principal

La Star de la semaine est Mike Danon




Fils de pasteur, Mike Danon est né pour servir le public. Dans notre monde où la jeunesse manque cruellement de modèles, il a vocation d’éduquer et égayer cette dernière en sa qualité d’artiste. C’est ainsi qu’à chaque fois qu’il en a l’occasion, il n’hésite point à faire ce qu’il sait faire le mieux : prêcher comme son géniteur pour inculquer à notre société les bonnes valeurs.

Cédric Patinvoh : Bonjour Mike, comment vas-tu ?

Mike Danon : Assez bien pour briller.

Cédric Patinvoh : Pourrais-tu te présenter aux internautes ?

Mike Danon : Juste un passionné qui se bat pour que son travail serve d’exemple pour la jeunesse Ivoirienne en premier et pour le reste du monde en suite.

Cédric Patinvoh : Comment es-tu venu au théâtre?

Mike Danon : Naturellement, il y’a eu une annonce de casting de formation au métier de la scène et du cinéma initié par le célèbre comédien Sidiki Bakaba. Je me suis pointé et voilàààààààà huit ans après je suis toujours dans la cour avec un maillot de pro.

Cédric Patinvoh : Ton père est un pasteur. N’a-t-il pas mal pris le fait que tu décides d’embrasser la profession d’acteur ?

Mike Danon : Il connaissait déjà ma passion pour l’art et pour la petite histoire, c’est lui-même qui m’a informé du casting un soir quand je rentrais de promenade. Le problème s’est posé quand il a réalisé que ma passion allait prendre le pas sur les études parce que je venais d’être orienté en seconde A au collège William Ponty. Il y’a eu une réunion familiale sur le sujet, j’ai défendu mon dossier, ma sœur m’a appuyé et mon travail au fil des années a fait le reste.

Cédric Patinvoh : En Afrique, beaucoup de gens soutiennent que les jeunes ne devraient pas choisir la vocation d’acteur ou de façon plus large celle d’artiste car selon eux, elle ne nourrît point celui qui la pratique. Qu’en penses-tu ?

Mike Danon : C’est normal. Ils pensent tous à se remplir le ventre avant de se demander ce que leur cerveau ressent. Les assiettes ont pris la place des livres dans les bibliothèques de nos maisons. Ne t’étonne pas si tu entends ce genre d’aberration. Moi, j’ai fait le schéma inverse. J’ai servi ma passion et jusqu’aujourd’hui, je suis vivant et je me débrouille pour ne pas avoir de problèmes de loyer. Ils parlent, ils parlent. Mais que font-ils pour que ce domaine soit lucratif ? Ils achètent des œuvres piratées, ils trouvent que les tickets des spectacles sont chers ou que les œuvres produites sont trop intellectuelles. 



Quand ils ont des postes de décision pour que les choses avancent, ils font passer leurs familles et leurs maitresses. Pour qu’Hollywood soit le poumon du cinéma mondial aujourd’hui, des gens ont fait des sacrifices, travaillé dur, privé leurs estomacs de bien des plaisirs. On doit commencer à faire de même. Moi en plus de mon travail, j’ai eu beaucoup de chance, mais tout le monde n’est pas Mike DANON. J’ai encore du chemin à faire et par mes œuvres je démontrerais que ce rêve est encore possible ici en Côte d’Ivoire.

Cédric Patinvoh : Etre un bon acteur nécessite une formation rigoureuse, c’est la raison pour laquelle qu’à l’âge de 17 ans, tu es entré à l’Actor Studio de Mr Sidiki Bakaba pour faire tes classes. Combien d’années as-tu passé dans cette école ?

Mike Danon : Huit années, comme je l’ai dit avec un passage de trois années au Lycée d’Enseignement Artistique où j’ai obtenu mon BAC en art dramatique.

Cédric Patinvoh : Comment cette expérience t’a-t-elle aidé à être meilleur dans ta profession ?

Mike Danon : Cette expérience m’a appris la vérité de mon métier. Elle m’a aussi appris que même les talents les plus brutes ont besoin de travail, de méthodes, de techniques. Ces années de formation m’ont permis de m’accrocher à mon rêve. Elles m’ont appris à m’éloigner de la paresse, à apprécier chaque moment de travail et de création comme le meilleur moment de ma vie, donc à m’appliquer pour qu’il le soit.

Cédric Patinvoh : Pourrais-tu nous donner un bref aperçu de ton parcours ?

Mike Danon : De 2001 à ce jour, mon cv fait quatre pages avec tout ce vous savez dedans : musique, cinéma, théâtre et autres prestations.

Cédric Patinvoh : Tu as a joué dans beaucoup de pièces de théâtre dont «Herémankono» de Diégou Bailly où tu incarnais le personnage Diallo. Laquelle de ces pièces t’a le plus marquée? Lequel des personnages que tu as incarné t’a le plus plu ?

Mike Danon : «Papa Bon DIEU» de Louis Sapin, la distribution me rapprochait de Mr Bakaba et je me sentais fort et protégé. Le personnage que j’ai joué avec beaucoup de plaisir est Topitopi, dans «Il nous faut l’Amérique» de Koffi Kwahulé. C’était plusieurs personnages en un, une belle occasion de disjoncter, le genre d’aubaine qu’un comédien ne laisse passer pour rien au monde.

Cédric Patinvoh : Tu as été révélé au grand public par la série class’A de Martika Production où tu jouais le rôle de Pythagore. Comment peux-tu expliquer le succès de cette série et la popularité de ton personnage ?

Mike Danon : Le travail formidable de toute l’équipe a commencé par Mr Jean Hubert Nankam, himself. La popularité du personnage est venue du fait qu’il incarne les valeurs scolaires, les valeurs que les parents espèrent voir apparaître dans le quotidien de leurs enfants. Prôner l’idéal et ramener les jeunes aux valeurs, c’est mon genre, j’ai donc incarné ce personnage avec beaucoup d’honneur.

Cédric Patinvoh : En plus d’être acteur, tu es aussi chanteur. Quel est le secret de ta polyvalence ?

Mike Danon : La volonté de ma mère de me voir au sommet avant qu’elle ne parte et les prières de mon père. Le tout mixé dans ma volonté de faire partie des soldats de la liberté qui passe par une prise de conscience véritable et générale.

Cédric Patinvoh : Quand prévois-tu de sortir ton premier album ? Quels seront les thèmes que tu aborderas dans tes chansons ?

Mike Danon : Je laisse les choses se faire. Mais disons en Décembre incha allah. Les thèmes sont entre autre la salubrité, l’irresponsabilité de nos dirigeants, l’inconscience grandissante de la jeunesse, l’amour et ses vertus bienfaitrices.

Cédric Patinvoh : Acteur, chanteur, formateur, quelles sont les autres cordes dont ton arc dispose car tu ne cesses de nous épater?

Mike Danon : Je vous laisse mariner. Vous les découvrirez et si vous les aimez, je serais l’homme le plus heureux.

Cédric Patinvoh : En dehors de la saison 2 de Class’A, Martika Production prépare une nouvelle série Teenager pour les adolescents dont tu es le metteur en scène. Quel message véhiculera cette nouvelle série ?

Mike Danon : L’adolescence est l’étape la plus sensible dans la vie d’un homme. Cette série viendra donc comme un outil qui appuiera les parents dans la gestion de l’adolescence de leurs enfants.

Cédric Patinvoh : Depuis l’avènement des séries made in Côte d’Ivoire, la jeunesse se passionne pour le métier d’acteur. Quels conseils pourrais-tu donner aux jeunes qui souhaiteraient pratiquer ce métier ?

Mike Danon : Ils ne seront pas riches une semaine après leur engagement. Il y’a de la sueur et des larmes, mais faire ce qu’on aime, il n’y a rien de tel. Ils doivent s’armer de patience et bosser sans relâche. Dieu leur donnera des bonus à chaque étape.

Cédric Patinvoh : Avec la mondialisation, le brassage des cultures se fait de façon constante. Comment l’Afrique pourrait t’-elle conserver son identité tout en ne se fermant pas au monde ?

Mike Danon : Que tous arrêtent de faire passer la culture des autres avant la leur. Que « dernier de l’humanité » arrête d’être notre crédo. Que nos parents ne nous donnent pas leur échec en héritage. Pour revenir à ma réalité Ivoirienne, qu’Abidjan cesse d’être enrhumé quand Paris éternue.

Cédric Patinvoh : Depuis quelques années au niveau culturel, notre pays n’est reconnu sur le plan international que pour le Coupé Décalé. Nous avons pourtant de nombreux artistes (au sens large du terme) qui pourraient porter haut l’étendard de notre nation. Selon toi, comment pourrions-nous faire connaître tous nos artistes afin de mettre en valeur notre patrimoine culturel si riche ?

Mike Danon : La guerre a occasionné tellement de désordre que finalement je préfère laisser le temps agir. Il nous faut simplement nous réconcilier avec le travail bien fait et les résidus resteront au fond du récipient.

Cédric Patinvoh : Avec l’arrivée des nouvelles technologies de l’information et de la communication, la cybercriminalité, qui s’est ajoutée à d’autres mauvaises pratiques, est devenue l’apanage des jeunes dans notre pays. Quels conseils peux-tu donner à notre jeunesse afin qu’elle cesse cette pratique qui ne l’honore guère ?

Mike Danon : On n’aurait du faire attention quand certains courants de mode ont fait l’apologie des grandes marques et du luxe arrogant, orientant la jeunesse vers la recherche du gain facile. On aurait du faire attention, on aurait du écouter ceux qui tiraient la sonnette d’alarme au lieu de faire d’eux des héros nationaux. Aujourd’hui ces courants vont mourir, sombrer dans l’oubli mais le mal est là et c’est dramatique. A la jeunesse, je dirais qu’elle pense à se construire dans le temps et qu’elle sache que le bien mal acquis laisse toujours un goût amer.

Cédric Patinvoh : Quels sont les supports ou plateformes où tes fans pourront avoir plus amples informations sur toi et tes activités ?

Mike Danon : Nous comptons mener une action de grande envergure. Pour l’instant, ils peuvent aller sur mon myspace www.myspace.com/mikedanon ou envoyer des messages à l’adresse suivante mikedanon@gmail.com en attendant la sortie de l’album et tout ce qui suivra…

Cédric Patinvoh : C’est la fin de notre interview. C’était un plaisir d’être à tes côtés aujourd’hui Mike.

Mike Danon : Merci à vous, c’est toujours un plaisir d’échanger avec des gens qui en ont dans la tête. Ça entretient le niveau et ça fait avancer notre continent.

Source

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Parole Dadju : KITOKO

Notre coup de cœur d'amour de ce week-end Dadju : KITOKO 

Laisser moi vous racontez l'histoire d'une femme qui ma pas retenu 
Jolie visage mais avec aucune forme quand je l'ai connu 
Les années sont passer elle grandit faut voir ce qu'elle est devenue 
Surcharger de haut en bas ce que les hommes veulent c'est de la voir nue 

Et vue que j'étais là dès le début, J'pensais être son élu 
Je lui avais fais la promesse avant tout sa de l'épouser 
J'lui ai dit j'étais là dès le début, maintenant tu n'me vois même plus 
C'est ton nouveau corps qui ta donné la force de me repousser 

Sa beauté elle est abusée, Comment vous la décrire en un seul mot 
Kitoko kitoko kitoko éh..il n'y a qu'elle que je vois j'en veux pas une autre 
Sa beauté elle est abusée, Comment vous la décrire en un seul mot 
Kitoko kitoko kitoko éh..il n'y a qu'elle que je vois j'en veux pas une autre aaaanh 

Mais le problème qu'il y a entre nous, elle ferme ja…

Poème : Bonne fête de l'indépendance

De la colonisation à l'indépendance De la guerre à plus de tolérance Du sous-développement à l'abondance Notre histoire s'écrit à l'ancre de l'émergence

Jour d'amour et de joie Arc en ciel d'espoir Le bonheur de s’y voir L'indépendance de l'ivoire

Nous avons 56 ans Le combat continue  La politique ne nous séparera plus Nous sommes émergents. 


Bonne fête de l'indépendance ! 

Vous pouvez aussi lire le poème du vendredi passé cliquez sur : Poème : Vous m’avez manqué .Si vous aimez, partagez :) . Vous aussi vous êtes  passionné de poésie? vous voulez partager  avec nous vos poèmes chaque vendredi? Contact nous sur confessionetconseil@gmail.com 

5 secrets qui vous feront la draguer même si elle à un dangereux téléphone un I PHONE 6S

Salut mes amis, j’ai posé cette question sur mon profil Facebook et vu le nombre d’intérêt,  je me suis dit qu’en tant que blogueur love, je dois au moins écrire un article pour aider mes amis dans ce cas.


5 secrets qui vous feront la draguer même si elle à un dangereux téléphone un I PHONE 6S 
1-En quoi une fille qui a un téléphone de grande marque est différente des autres ?
Et bien en rien ! Si vous avez pour habitude de draguer alors, peu importe la marque de votre téléphone, elle passera, elle tombera amoureuse de vous et vous ferez d'elle votre Princesse.
2-Vous me direz que femme de maintenant regarde téléphone !
Et alors ? Croyez-moi une femme célibataire ne regarde pas ce détail. Bijou téléphone voiture… Non ! Si vous êtes propre et attentionné et que vous avez envie de construire votre famille avec elle tout se passera bien . 
3-Votre plus grande erreur. 
L’erreur que vous faites, quand vous tombez sur une fille d’un haut standing c’est que vous vous rabaissez, vous vous dévalo…