Accéder au contenu principal

7 Questions 4 The Diaspora with Ange Bauza



1-Ou tu vis présentement et que fais-tu comme étude?
Je vis dans le 13è arrondissement de Paris, j'étudie la gestion et l'administration des entreprises.

2-Depuis combien de temps maintenant ?
Bientôt 5 mois.

3-Comment s’est passé l’intégration dans ce milieu ?
Difficile au début comme tout le monde. Nouveau pays, nouvelles habitudes, mais peu à peu je me suis adapté à la vie parisienne et voilà quoi tout se passe bien ...

4-Est-ce que ta famille te manque souvent?
Bien sur ma famille c'est ma force, ma raison de vivre c'est très dur d’être loin d'eux.

5-Tu as changé de copine où tu es toujours avec ta Affoué de baby?
Hummm... c'est plus Affoué de baby ma nouvelle vie se fait en français. Lol

6 –Lol tu comptes rentrer quand dans ton pays la Ci ?
A vrai dire chaque 2 ans pour mes vacances.

7 -Ton mot de fin pour tous les blogueurs.
D'abord bonne année à tous les blogueurs merci pour tous ce qu’ils font et qu’ils continuent d’être toujours actifs bonne continuation à toi aussi.

Merci mon frère bonne chance à toi dans ta nouvelle vie. Que Dieu t’aide. 

 Pour lire d'autre interview clique sur 7 Questions 4 the Disapora   Pour faire un tour a Paris avec lui clique sur Un tour à Paris

Au cas ou tu as envie de passer à autre chose je t'invite a visiter mon blog de séduction clique sur :*

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Parole Dadju : KITOKO

Notre coup de cœur d'amour de ce week-end Dadju : KITOKO 

Laisser moi vous racontez l'histoire d'une femme qui ma pas retenu 
Jolie visage mais avec aucune forme quand je l'ai connu 
Les années sont passer elle grandit faut voir ce qu'elle est devenue 
Surcharger de haut en bas ce que les hommes veulent c'est de la voir nue 

Et vue que j'étais là dès le début, J'pensais être son élu 
Je lui avais fais la promesse avant tout sa de l'épouser 
J'lui ai dit j'étais là dès le début, maintenant tu n'me vois même plus 
C'est ton nouveau corps qui ta donné la force de me repousser 

Sa beauté elle est abusée, Comment vous la décrire en un seul mot 
Kitoko kitoko kitoko éh..il n'y a qu'elle que je vois j'en veux pas une autre 
Sa beauté elle est abusée, Comment vous la décrire en un seul mot 
Kitoko kitoko kitoko éh..il n'y a qu'elle que je vois j'en veux pas une autre aaaanh 

Mais le problème qu'il y a entre nous, elle ferme ja…

Poème : Bonne fête de l'indépendance

De la colonisation à l'indépendance De la guerre à plus de tolérance Du sous-développement à l'abondance Notre histoire s'écrit à l'ancre de l'émergence

Jour d'amour et de joie Arc en ciel d'espoir Le bonheur de s’y voir L'indépendance de l'ivoire

Nous avons 56 ans Le combat continue  La politique ne nous séparera plus Nous sommes émergents. 


Bonne fête de l'indépendance ! 

Vous pouvez aussi lire le poème du vendredi passé cliquez sur : Poème : Vous m’avez manqué .Si vous aimez, partagez :) . Vous aussi vous êtes  passionné de poésie? vous voulez partager  avec nous vos poèmes chaque vendredi? Contact nous sur confessionetconseil@gmail.com 

Parole : Petit Papa Noël

C'est la belle nuit de Noël 
La neige étend son manteau blanc 
Et les yeux levés vers le ciel 
À genoux, les petits enfants 
Avant de fermer les paupières 
Font une dernière prière. 

Petit papa Noël, 
Quand tu descendras du ciel, 
Avec des jouets par milliers, 
N'oublie pas mon petit soulier. 
Mais avant de partir, 
Il faudra bien te couvrir, 
Dehors tu dois avoir si froid, 
C'est un peu à  cause de moi. 

Il me tarde tant que le jour se lève, 
Pour voir ce que tu m'as apporté, 
Tous les beaux joujoux que je vois en rêve, 
Et que je t'ai commandés.

Petit papa Noël, 
Quand tu descendras du ciel, 
Avec des jouets par milliers, 
N'oublie pas mon petit soulier. 

Le marchand de sable est passé, 
Les enfants vont faire dodo, 
Et tu vas pouvoir commencer, 
Avec ta hotte sur le dos 
Au son des cloches des églises, 
Ta distribution de surprises. 

Petit papa Noël, 
Quand tu descendras du ciel 
Avec des jouets par milliers, 
N'oublie pas mon petit soulier. 
Si tu dois t'arrêter, 
Sur les toits du …